Naitre encore une fois

CROK QUI

Chronique du 05 Sept. 2014. "Naitre encore une fois" ou "Se croquer soit-même"

Dialogue entre une fée et une grande Brûleé:

 

NLF: As-tu déjà vécu une renaissance, qu'elle soit physique, psychique ou spirituelle? Si oui raconte nous, si non comment envisages-tu une possible renaissance?

 

AB: Tous les matins, je renais.

 

Je passe un pied hors de l'utérus des rêves. Si la température est fraîche, j'attends la prochaine métempsycose. Si elle est bonne, je sors le reste de mon corps. Dans ma flaque, je tranche le cordon onirique avec les moyens du bord. Parfois il suffit de tirer dessus, ça vient. Certains jours, ça s'entortille autour de moi, ça force pour me ramener à l'intérieur. Je tranche avec les dents, avec les ongles, c'est sale, c'est gore, a-t-on vraiment le choix. Puis je me cherche un nom, le premier qui me tombe sous la main fait l'affaire. Il faut encore que je me trouve un visage, une humeur, un secret - le minimum vital pour exister dans le monde des humains.

 

Tout ça prend un temps infini. C'est pourquoi je déteste me lever tôt.

 

NLF: Crois-tu que notre civilisation va devoir s'éteindre bientôt pour faire place à une ère nouvelle?

 

AB: Notre stupide civilisation capitaliste, consumériste, matérialiste, égocentrique et anxieuse n'en finit plus de s'éteindre. On nous annonce sans cesse sa fin, et sans cesse nous constatons qu'elle perdure. Nous continuons à manger de la viande qui grandit dans des cercueils, des tomates qui poussent dans du plastique, à prendre des avions pour traverser la planète, à porter des vêtements fabriqués par des esclaves, à produire chaque jour des kilos des déchets. Nous continuons à rêver à des ascensions sociales qui nous permettront d'augmenter le nombre et la taille de nos possessions, ou de nous adonner à des activités n'ayant pas d'autre utilité que la satisfaction de notre amour-propre.

 

En ce qui me concerne, je me prépare activement à une vie non-consumériste et locale dans un système post-capitaliste : j'ai planté un basilic dans mon jardin.

 

 

NLF: S'il y a un paradis ou un enfer iras-tu t'ennuyer sur un nuage ou iras-tu rôtir comme une dinde au four?

 

AB: J'ai accompli une seule véritable bonne action dans ma vie. Grâce à elle, j'espère que je serai admise sur un petit nuage et autorisée à m'ennuyer pour l'éternité. L'ennui est le plus merveilleux des états : on n'espère rien, on ne craint rien, on pourrait tout mais on n'agit pas. Quand on s'ennuie, on devient véritablement divin.

 

 

Elle se balade, squat vos soirées, s’incruste dans les évènements culturel, s’assoit dans un coin, vous observe, sort son carnet et son stylo et avant même que vous ayez pu dire « petit fourre » elle vous aura croqué et vous finirez dans sa chronique.

Amandine Brûlée ne mort pas, elle croque.

 

Visitez son blog (public averti)

 

Lisez ses articles dans le web journal des Urbains de Minuit.