Esope partie 3 et fin

La rubrique Noologique

Chronique du 09 Janvier 2014: "Esope partie 3 et fin"

(Lire la partie 1)

(Lire la partie 2)

 

SAMEDI: Esope, endormi, rêve. Son double le rejoint bientôt dans un état proche de l'extase où ils se sentent exister tout deux jusqu'au plus petit atome de leur corps en une parfaite symbiose. Ils sont UN.

 

NUIT DE SAMEDI à DIMANCHE : Esope ouvre les yeux et perçoit la voute céleste qui veille loin au dessus du plafond. Il se lève et constate par une réflexion sur la vitre de la fenêtre à côté du lit, que son reflet dort encore dans le reflet de son lit. Il sourit et décide de retranscrire ses nouvelles impressions en grattant un eu de papier. Tant de pouvoir, tant d'énergie, tant de beauté cosmique dans une enveloppe charnelle si fragile. Il faut jouïr ici et maintenant de son existence. Retranscriptase de sa catharsis sur flot léger de ses pensées qui coulent à travers lui, tout comme la musique déversée des enceintes de sa chaîne stéréo jusqu'à ses bercées oreilles. (Et j'écris comme je veux...) Plus tard sera peut-être trop tard.

 

DIMANCHE : Le matin se faufile entre les rideaux et absorbe les dernières gouttes d'obscurité que transpire encore la bulle de son appartement, de sa tête même. Il ferme les yeux un instant et sens un fluide traverser son corps, son esprit, la membrane lumineuse qui englobe le tout et procède à l'alchimie du Vivant. A quoi sert le double?

Mais à quoi sert de poser la question? Le double est indiscernable de l'original. Les deux sont l'un et l'autre. Esope sens tout simplement la magie de l'être total et arrête le flot continue de ses pensées. Esope reste ici, faisant fi de l'écume des heures. Il ouvre les yeux et va se coucher en ce crépuscule aussi ambré que son regard. Esope s'endort dans le cotton de sa complétude.

 

NUIT DE DIMANCHE à LUNDI: Esope rêve de son double qui lui demande de se réveiller. Alors sciemment, il se réveille, ouvre les yeux, et aperçoit son double lui faire signe dans le reflet de la fenêtre. Il propose à Esope de se rendre à la salle de bain pour procéder à une nouvelle expérience. Esope confiant accepte l'invitation, se rend devant la glace à l'aplomb du lavabo, sans un mot, comme sous auto-hypnose. Chacun de part et d'autre du miroir, tendent leurs mains l'un vers l'autre. Les mains d' Esope s'enfoncent dans la surface vitrifiée comme à travers la surface d'une eau claire et froide, et voit en surgir deux autres mains contiguës au reflet. Maintenant il s'agrippent tous les deux avec une extrême détermination, une puissante intention de communier par leur corps tout entier. Chacune des fibres de chacun de leurs muscles respectifs est tendue à bloc. Ils se fixent dans le noir des yeux puis se contractent et se projettent mutuellement dans une ultime attraction sacralisée. White in! Black out! Une douce lumière de velours caresse leur peau et leurs yeux qu'ils ont maintenant en commun. Ils partagent un même corps, un même esprit, une même membrane lumineuse qui brille avec plus d'intensité encore; ils nagent dans une sorte de paradis à l'arrière goût d'apocalypse. Il n'y a plus d' Esope visible de l'un ou de l'autre côté du miroir.

Là dans les limbes d'un couloir incandescent, au fond de lui même à l'intérieur ou au fond de l'univers à l'extérieur, il se sent monter encore. Il baisse les yeux vers ce qui semble être ses pieds et constate son corps sans vie au milieu d'une grande flaque de son sang qui lui sort d'entre les orbites, la tête éclatée à l'image du miroir surplombant le paisible cadavre. Il comprend maintenant qu'il est mort; sans regret, il détourne son regard ectoplasmique et le dirige droit sur l'obscur profondeur de l'infini au bout de ce tunnel-lumière.

 

 

… NUIT DE MARDI à MERCREDI : esope ouvre les yeux et voit la lumière stroboscopique d'une télévision qu'il ne tarde pas à éteindre. Esope alors se pose et réfléchit.Enfin, ESOPE RESTE ICI ET SE REPOSE...

 

 

Achille Morio

 

Non vous n'êtes pas perdus dans les méandres du cosmos (si... peut être un peu), vous être dans la chronique d''Achille Morio, peintre d’œuvres photo-luminescentes cherchant, dans les luisances nocturnes, les effets de l'ame qui l'anime et de la conscience collective neguentropique, qu'il s'efforce d'honnorer et d'enrichir au mieux.

 

Visitez le blog d'Achille.