Le Biscara

Les Artocrates ont testés pour vous.

Chronique du 06 Février 2015 "Le Biscara"

Biscara : c'est un nom de famille d'origine basque, désignant une élévation de terrain, une crête, ou le proprietaire d'une maison située sur une hauteur. C'est donc aussi le nom d'un lieu-dit.

 

Biscara : c'est le nom d'une rue niçoise qui prend racine au début du boulevard Jean-Médecin, entre le centre commercial Nice-étoile et le magasin Monoprix.

 

Le Biscara : c'est un petit restaurant de Nice qui fait bar et tabac, situé sur cette rue nommée Biscara, que les artocrates ont tendances à fréquenter pour lever le coude bien trop souvent ?

 

Bien avant de devenir artocrates, nous avions déjà pour habitude de squatter, version série Friends, ce petit bar niçois « Le Biscara », situé au 18 rue Biscara à Nice. A l'époque, Nicole Jones, Elios, Emi, N'Ko et moi habitions le même immeuble. Nicole était notre Monica et Georges, patron du Biscara, était notre Gunther. Aujourd'hui nous ne vivons plus en colocation améliorée comme avant, ayant migré pour la plupart vers le quartier du port, mais il nous arrive toujours, une ou deux fois par semaine, de nous retrouver à la terrasse de notre QG préféré, entre artocrates et sympathisants picoleurs.

Alors serte, le Biscara ce n'est pas le petit café théâtre où tu peux venir écouter de la poésie, ce n'est pas non plus le boui-boui bio fréquenté par le dernier des hipsters, ni le comptoir branché lounge music avec gogo danseur intégré. Le Biscara c'est le petit bar du coin où tu peux venir boire ta binouze entre deux tickets à gratter, prendre le soleil en terrasse et manger une bonne pizza maison.

Des baraques comme ça y en a à la pèle me direz-vous. Et bien non ! Toutes les baraques du monde manquent cruellement d'une chose que le Biscara est le seul à posséder : Georges.

Georges n'est ni programmateur culturel, ni prestidigitateur, ni show man, mais il SOIGNE ses clients. Si nous allons le voir si souvent et depuis si longtemps, c'est pour s'enrichir humainement. Son établissement est toujours plein, la nourriture est simple, bonne, pas chère ; une bonne pizza, un bon steak fritte, un plat du jour savoureux, de la charcuterie, du fromage, des bruschette, tout fait maison et accompagné de bon vin... Et un Georges toujours souriant, généreux, avenant, qui te raconte ses voyages et ses expériences culinaires de Bruxelles à Dubaï.

Voilà pourquoi ce moi-ci, non seulement nous mettons le Biscara à l'honneur mais en plus, nous organisons une soirée artocratique le 20 Février : Soirée Pastiche 51 pour boire un coup en ce 51ème jour de l'année 2015. Avec un karaoké programmé par notre merveilleuse Emi, des performances et des parodies de the Voices. Venez nombreux !

 

Nydenlafée

Chez les Artocrates, on aime bien boire, bien manger, faire la fête, nourrir son cerveau d'art, de théâtre, de musique et pour pas cher. Cette chronique a donc pour vocation de vous présenter les lieux où vous serez dispensez de vendre votre rein pour passer une bonne soirée.