Good Vibrations

Rendre à ces arts ce qui

appartient à ces arts.

Chronique du 30 Mai 2014: "Good Vibrations"

Expatriée à Clans pendant 6 mois, petit village de l’arrière pays niçois où j’ai grandis, je redécouvres mes premiers amours de jeunesse et notamment, mes premiers pas dans le milieu de l’art contemporain. Clans, d’ordinaire, ça paye pas de mine; petite agglomération, 500 habitants, quelques habitués qui squattent le bar « Les Tilleuls », un patrimoine religieux imposant, deux mignons petits octogénaires prenants le soleil sur un banc, des ruelles pavées, le cliquetis de l’eau des fontaines et quelques chats.

Mais en dehors du quotidien rasoir et des chenapans qui courent le ballon sur la place, Clans c’est aussi un lieu d’expériences improbables où des artistes (ou savants fous appelez les comme vous voulez) donnent libre cour à leurs besoins de recherches inhérents à leurs curiosités pathologiques. C’est ce que l’on appelle l’Atelier Expérimental, créé par l’initiative d’Isabelle Sordage, artiste plasticienne et exploratrice d’univers sonores qui vit et travaille à Clans.

 

L’idée du concept de l’Atelier Expérimental né en 1996 suite à un épisode funeste, la mort de Lars Frederikson, un artiste de la Villa Arson avec qui Isabelle avait travaillé le son auparavant. Au moment de ce décès, elle était entrain de s’amuser à bricoler des installations sonores avec les enfants de Clans avec l’objectif de créer le premier « Clans particulièrement », rencontre artistique et invitation à la poésie pour toutes les personnes habitant le village. L’expérience se concrétise par une exposition des œuvres réalisés sur ce projet, avec l’artiste Ben (à l’époque où il réalisait encore des œuvres presque pertinentes, mais je ne donne que mon avis).

Cet épisode marque l’annonciation d’une mission pour Isabelle : sensibiliser le haut pays à l’art.

En premier lieu, elle créait l’Atelier Expérimental, soutenu par l’association culturelle clansoise « Le Zampi », dans le but de permettre la rencontre entre artistes, qu’ils soient professionnels ou non. L’intension est de rapprocher les différents vécus, qu’ils se côtoient pour faire immerger différentes questions sur l’art, sans forcement parler de Musée ni d’école. La confrontation était inédite dans la vallée de la Tinée. Des artistes montaient à Clans et réalisaient des projets artistiques qu’ils ouvraient en atelier pour la population, mais il n’existait encore de lieux. La commune proposait aux artistes d’occuper les chapelles dans un premier temps mais l’idée était de faire du vivant. La Villa les Vallières, appartenant à la mairie est donc proposée pour accueillir l’Atelier Expérimental. Les cours d’arts plastiques pour les enfants, qu’Isabelle menait, y continuent. S’invitent alors des artistes en résidences, logeant dans la Villa et utilisant son architecture et le paysage environnant comme lieu d’expérimentation, ainsi que les RAAC (rencontres acoustiques et algorithmiques de Clans). Le but est encore de poser des questionnements fondamentaux dans l’art comme « qu’est ce que la perception? Qu’implique-t-elle ? … » et cela, au-delà des codes et de la convenance que l’humain s’impose.

D’années en années, l’Atelier expérimental, a force d’accueil et de travaux en collaboration, c’est imposé dans le milieu culturel comme un lieu de passage incontournable.

 

Nombreux sont les artistes qui ont laissés une pierre, une intention, une œuvre à l’édifice; Eléonore Back, Luc kerléo, Pierre Laurent Cassière, Juliana Borinski, Fabrice Gallis, Isabelle Sordage, Pascal Tiraboshi, Ludovic Lignon, Marie-France Lesné, Pascal Giovanetti, Olivier Garcin… et je dirais bien une bonne cinquantaine de plus, auprès de qui je m’excuse de ne pas les avoir cités, faute de mémoire.

 

D’ailleurs, chaque année l’Atelier Expérimental s’organise en workshop façon laboratoire et cet été, du 5 au 12 juillet, s’installent les « Good Vibrations », une semaine d’exposition, d’évènement et de cabinets de curiosités qui pullulent dans tout le village. Des artistes et des scientifiques sont invités à réfléchir et à travailler dans leurs pratiques respectives, proposants des concerts, conférences et expérimentation artistiques sur le thème des vibrations.

Je vous laisse avec le programme et moi, je m’en retourne à mes petits vieux qui squattent les bancs. Si vous venez à Clans du 5 au 12 juillet, n’oubliez pas de venir me faire un coucou. Je serais dans l’office de tourisme à pianoter sur un ordinateur et si je n’y suis pas, vous me trouvez surement au bar « les Tilleuls » à boire une bière en bonne compagnie.

 

NLF

 

Ps: Les good Vibration, j'en suis, avec une intervention plastique: "conditionnement sonore"

Bienvenue dans la chronique de Nydenlafée, artiste peintre, illustratrice et plasticienne niçoise.

Ici, on rend à ces art ce qui appartient à ces art, vous l'aurez compris, votre hôte parle d'art et donne surtout son point de vue.

Nydenlafée, rédactrice en chef du fanzine l'artocrate, n'aime pas poser ses pieds nus sur le tapis de bain mouillé, elle voue un culte au thé et au café et aime palabrer pendant des heures sur des sujets alambiqués.