Pierre Gentier

Rendre à ces arts ce qui

appartient à ces arts.

Chronique du 21 Fév. 2014 "Pierre Gentier nous a mitraillé"

Samedi 15 Février 2014 avait lieu le premier évènement Urbanocrate, fusion pour une nuit où les Urbains de Minuit et les Artocrates ont fait sa fête à Saint(s) Valentin(s) Bi(s). Cette soirée entre Dada, surréalisme et Harakiri, au Court-Circuit, nouveau fief de la culture niçoise, 4 rue Vernier, a attiré une centaine de personne. Il y en avait de partout, assis par terre, dans les escaliers, agglutinés debout, pour assister au concert de Wild Roses, pour admirer l’exposition « suce mon âme » de Philippe Gourdon, Amandine Brûlée, Sonia Grdovic et Nydenlafée (oui c’est bien moi) et les performances artistiques des urbanocrates. De 19h à Minuit, la soirée à battue son plein, une belle réussite pour nous, les Artocrates qui faisons notre entrée dans le milieu contre-culturel. Prochaine étape, Mai, avec comme nouveaux compagnons de jeu, les Ouvreurs, association niçoise de projection de films et de culture Queer, lors de leur festival du film Gay et Lesbien « Int&Out ».

En attendant, on vous laisse avec les superbes photographies de Pierre Gentier, photographe niçois de talent.

John Ford, chroniqueur mode dans l'Artocrate, allias Brenda, peformance "My funny Valentine" sur talons aiguilles comme une brèle.

Pierre Gentier a commencé la photo vers l’âge de 10 ans; un virus qui ne le quittera jamais, même s’il traverse de longues périodes d’abstinence. A son arrivée à Nice, il y a 3 ans, il retrouve la passion de l’objectif en fréquentant les lieux de musique où se mêle un public hétéroclite, d’artistes, poètes et musiciens de talent, tel que le B-Spot, la Cave Romagnan et le Transformer.

Epicurien, il cultive une forme d’autodidactisme en développant seul sa technique, mais malgré tout, son maitre en photo restera toujours Doisneau. Passionné par les arts, il étend sa curiosité chez les maitres espagnoles, Gaudi pour l’architecture et Dali pour la peinture.

Pierre trouve ses sujets préférés dans la rue et il se délecte de portraits, essayant d’arrêter le temps sur des expressions singulières, donnant la parole aux photos. Il aime aussi bien s’attarder sur un paysage que sur une «gueule» et comme il le dit souvent, «c’est par les artistes que je peux exister en tant que photographe car sans sujets et sans modèles il n’y aurait pas de photos».

 

Performance en quartet, lecture déconstruite de 50 nuances de Grey par les Urbains de Minuit.

Toutes les autres photos de Pierre Gentier de la Saint(s) Valentin(s) Bi(s) sont ici.

Nicole Jones, auteur des "écrits de sang" dans l'Artocrate, en Queen of Valentine pour une lecture publique de ses textes érotico-gays.

Avec en prime l'article des Urbain de Minuit sur leur web journal http://www.lesurbainsdeminuit.fr/coups-de-coeur-et-autres-coups/3857

Bienvenue dans la chronique de Nydenlafée, artiste peintre, illustratrice et plasticienne niçoise.

Ici, on rend à ces art ce qui appartient à ces art, vous l'aurez compris, votre hôte parle d'art et donne surtout son point de vue.

Nydenlafée, rédactrice en chef du fanzine l'artocrate, n'aime pas poser ses pieds nus sur le tapis de bain mouillé, elle voue un culte au thé et au café et aime palabrer pendant des heures sur des sujets alambiqués.